La découverte de Babyface a été pour moi un peu comme un hasard. Une insomnie typique du dimanche soir, la télé allumée, France 3 en fond. Commence alors ce film, qui m'a scotché tout du long. 

babyface7

 Babyface, c'est l'histoire de Lily, femme née dans un milieu défavorisé et qui choisit, pour s'en sortir, de gravir les échelons en utilisant son pouvoir sur les hommes. Elle multiplie les amants, qui, pour certains, s'entretuent par amour. Et enfin, elle réussit à séduire le PDG de la banque qui l'emploie, se marie et atteint son objectif ultime : un nom et la sécurité financière. Seulement le monde de la banque, d'autant plus dans les années 30, est très fluctuant : son mari perd sa fortune. Se pose alors un cas de conscience pour Lily : abandonner sn mari pour conquérir de nouveau un homme riche ou rester par amour. 

Le film, sorti en 1933 - assez transgressif donc par son thème pour l'époque - fait parti d'une phase hollywoodienne privilégiant les sujets sulfureux avec le plus souvent un personnage fémineux ultra séducteur. Mais Babyface est réalisé à une période charnière, qui explique que le film eu droit à une fin alternative, suite à la mise en place du code hollywoodien. 

a1b6a434f7b5ac85c93475263c3ae147   babyface2

Parce qu'on le sait trop bien, l'Histoire n'est qu'une suite de recommencements. En 1921, l'affaire Roscoe Arbuckle éclate : le populaire acteur,  réalisateur mais aussi producteur est suspecté en 1921 du viol et du meurtre de Virginia Rappe. Lors d'une fête organisée par son initiative au douzième étage du St. Francis Hotel à San Francisco, l'actrice est retrouvée inanimée dans la salle de bain d'une chambre où l'avait emmené le comédien. Elle décèdera quelques jours plus tard. Les suspicions sont de mises puisque les témoignages ne sont clairement pas en faveur de Roscoe Arbuckle. La fête d'abord qui au final se révèle n'être pas qu'une simple "party" : l'alcool coule à flot pendant 3 jours et Virginia Rappe serait venue accompagnée de Maude Delmont soupçonnée d'être la maquerelle de la soirée. C'est Roscoe Arbuckle aui attire une Vicrginia Rappe éméchée dans une chambre devenue son tombeau. 

Roscoe Arbuckle sera acquitté mais sa carrière est condamnée. 

babyface3

Rapidement, on voit dans cette affaire, le miroir des moeurs supposés dissolus d'Hollywood, obligeant l'industrie cinématographique à réagir : c'est ce qui explique la création d'un code destiné à moraliser les films. Celui-ci obligera Alfred E. Green, réalisateur de Babyface, à proposer une fin alternative, beaucoup plus consensuelle. 

Pour montrer le côté sulfureux de son héroïne, le réalisateur va donner le rôle principal - si ce n'est le premier - aux costumes. Le film, est le reflet de la modernité de la mode dans les années 1930. le corps féminin se dévoile sans être remodelé par une multitudes de sous-vêtement.s 

babyface6 756a057da21b752a3ec0566a89ba738bCapture d’écran 2017-06-23 à 21

Dans le film, on voit par exemple une magnifique robe dévoilant le dos de l'actrice mais aussi ses formes grâce à l'usage du satin, matière par excellence de la séduction. Ou l'art de dévoiler sans trop en montrer. Une robe qui tranche avec la mode du début du siècle friande de frous-frous, corset et autre crinoline mais qui surtout reste totalement d'actualité aujourd'hui. Je crois d'ailleurs n'avoir jamais vu une robe mettre autant en valeur une actrice. 

Tout est dans la suggestion puisque à aucun moment, les costumes ne tombent dans le vulgaire ou le graveleux. Et c'est là tout l'art du film : dévoiler la finesse et le machiavélisme de Lily à travers son élégance et l'ambiguïté de ses robes (côté pile une certaine couvrance du tissu côté face, un dos dénudé). Mention spéciale à l'actrice Barbara Stanwyck qui vient par son jeu ultra froid compléter le discours des costumes.  

  22e396d571adf232a9ab8f46abb928b6babyface4

Les robes de Lily montrent aussi son évolution sociale, de simple serveuse à femme de financier. Peu à peu, les tenues se font plus séductrice et se parent de bijoux, reflet de la nouvelle position sociale de l'héroïne. 

babyface5

 Babyface a donc été pour moi une magnifique découverte et mieux encore, il me pousse à m'intéresser beaucoup plus au cinéma et à son histoire, avec à la clé, peut être un autre article pour ce blog !